Par Ircom
Posted: Updated:
0 Commentaires

Après un an passé en Jordanie, Mathilde Laurent, ancienne de l’Institut Pedro de Béthencourt, revient à l’Ircom pour soutenir son mémoire. Le thème de sa soutenance est : « la relation au travail entre mythe et réalités : l’enjeu du management pour une mission humanitaire ».

6 mois intense en Jordanie…

« Pour mon stage de fin d’études, je suis partie 6 mois en Jordanie, à Amman au sein du Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR). J’ai travaillé dans l’unité de protection des réfugiés syriens. Ma mission était d’aider à la protection des femmes et des enfants : réalisation d’observations, interviews de femmes et d’enfants, visites à domicile, suivi des données, mapping des services existants dans les zones urbaines…

Sur le plan personnel, cette aventure m’ a donné une plus grande ouverture d’esprit. Rester un an en Jordanie m’a apporté une grande richesse interculturelle, j’ai appris davantage la simplicité et la spontanéité et j’ai également découvert la chaleur des relations humaines en Orient. Cette expérience m’a également fait prendre conscience que la guerre en Orient est bien présente, c’est dure de voir des enfants blessés de guerre mais ça m’a donné encore plus de volonté pour m’investir auprès de chacun. »

Un tremplin vers l’emploi…

« A l’issue de ce stage, j’ai décroché un CDD de 6 mois avec l’association Handicap International, toujours à Amman en Jordanie.  J’ai travaillé en tant qu’assistante chef de mission et j’ai réalisé différentes tâches comme l’analyse de contexte, le support à la coordination, des missions de communication et de ressources humaines. »

L’Institut Pedro de Béthencourt : une formation humaine… 

« Après deux années passées ici, je suis très satisfaite de l’apport théorique de la formation grâce à la qualité des intervenants. Je trouve la formation très ajustée par rapport aux situations que j’ai rencontrées en Jordanie. Les intervenants sont des professionnels, ils savent de quoi ils parlent et nous inculquent les bons comportements à adopter.

Mais ce qui m’a réellement plu à l’Institut Pedro de Béthencourt c’est le fait que la personne humaine soit au centre de toutes les préoccupations, pour preuves, nous avons eu beaucoup d’heures de cours d’éthique, de psychologie sociale et de co-développement. .

Un avenir prometteur…

« Pour l’instant, je voudrais continuer de travailler dans l’humanitaire au Moyen Orient car les problèmes géopolitiques et interculturels m’interpellent beaucoup. A long terme, j’aimerais approfondir la question de la relation au travail (par exemple, le burn-out) et devenir consultante en relations humaines »

En savoir plus sur l’Institut Pedro de Béthencourt

 

Découvrez d'autres articles sur le même thème

Marjorie Cheynel est une ancienne étudiante du Master Management de la solidarité internationale et...

Diane Le Pargneux est diplômée du Master Management de la Communication de l’Ircom. Elle...

Louis Gèze a suivi le Master Management de la solidarité Internationale et de l’action sociale...

Laisser un commentaire