Par Ircom
Posted: Updated:
0 Commentaires

Jeanne d’Argaignon en troisième année du cursus humanités et science politique à l’Ircom, a fait le choix de partir en Afrique du Sud. Découvrez son témoignage…

-Dans quel pays et ville, êtes-vous parti et pourquoi ce choix-là ?

Je suis partie à Grahamstown en Afrique du Sud. Cette destination permet de combiner apprentissage de l’anglais et exotisme. J’ai aussi choisi d’aller dans ce pays pour ses paysages, sa richesse culturelle, pour le coût de la vie  et enfin pour le sérieux de l’université et les cours qu’elle propose.

-Que faites-vous pendant cette année à l’étranger ?

Lors de ce semestre, j’ai pu étudier des matières liées aux sciences politiques et aux lettres mais à travers le prisme d’un pays africain cherchant à s’affirmer face à l’occident. Nous vivions directement sur le campus, dans des résidences partagées avec des étudiantes Sud-Africaines, favorisant une bonne intégration. Nous allions aussi aider chaque semaine des sœurs dans un town-ship  (bidon-ville sud-africain) en participant à la préparation du petit-déjeuner pour des enfants n’ayant pas les moyens de se nourrir. Enfin, nous avons eu la chance de voyager en Afrique du Sud mais aussi dans des pays voisins (Namibie et Swaziland) lors de certains week-ends, des vacances mais surtout pendant un road trip d’un mois. Nous avons donc pu admirer des paysages aussi divers qu’exotiques, découvrir des traditions et danses africaines, observer des animaux exotiques ( lions, zèbres, éléphants..etc). C’était passionnant!

-L’adaptation a-t-elle été facile ?

Le tempérament particulièrement accueillant des sud-africains nous a permis de nous sentir à l’aise dans nos résidences. De plus, un groupe d’une vingtaine d’internationaux, étudiants venant d’Europe ou d’Amérique, s’est formé très rapidement grâce à une semaine d’intégration au début du séjour.  Que ce soit pour se retrouver autour d’une pizza au pub de la ville, faire du sport ou voyager, ils étaient toujours partants ! Cependant, il est indéniable que les effets de l’histoire particulièrement brutale de l’Afrique du Sud se retrouvent encore aujourd’hui. Ainsi, il a aussi fallut faire face à la pauvreté telle que je ne l’avais encore jamais vu.

– Que retiendriez-vous de cette année ?

Cette expérience m’a particulièrement marquée, découvrir un autre pays avec sa culture et son histoire m’a vraiment plut. J’ai eu aussi l’impression de me découvrir sur de nombreux points grâce aux relations que j’ai nouées et  aux aventures que nous avons vécues. Enfin, j’ai réellement pris conscience de ce qu’était la pauvreté et j’aimerais pouvoir prendre à l’avenir certains engagements qui me permettrait d’agir à mon échelle.

– Pensez-vous que cette expérience constitue un atout pour votre avenir professionnel ?

Ce séjour  m’a non seulement permis de progresser en anglais mais aussi de gagner en maturité et ouverture d’esprit. Une expérience à l’international telle que celle-ci me semble aussi plutôt valorisante pour un CV.

Découvrez d'autres articles sur le même thème

Brieuc Jalon a choisi d’effectuer sa troisième année de Licence Humanités et Science politique en...

Gersende Barrera est étudiante en Double Licence Humanités et Science politique au sein de l’Ircom....

Grégoire Deren est en troisième année de Double Licence Humanités et Science Politique au sein de...

Laisser un commentaire