Par Ircom
Posted: Updated:
0 Commentaires

Emmeline est en première année de master à l’institut Mac Luhan. Elle a choisi de partir étudier un semestre à l’étranger, au Canada, pour améliorer son anglais et enrichir sa culture.

Pourquoi avoir choisi le semestre à l’étranger ?

Personnellement, j’ai choisi le semestre à l’étranger et plus particulièrement au Canada parce que c’est un pays qui m’a toujours attiré et c’était une opportunité pour aller le visiter.

En revanche, ce n’est pas la seule raison. En effet, un semestre à l’étranger est un atout sur un CV et ayant déjà fait quatre stages en communication, il était plus judicieux que je parte pendant un semestre, d’autant plus que cela m’a permis d’améliorer mon anglais (ce qui est bénéfique puisque nous devons passer notre TOEIC en juin).

Que faites-vous là-bas ?

Une journée « type » consiste à aller en cours. C’est à peu près la même chose qu’en France sauf que nous avons moins d’heures de cours (je n’en ai que douze), mais le travail à coté est assez conséquent : devoirs, dossiers, … Et bien sur, tout ceci en anglais. Sinon en dehors des cours, l’Université propose pleins d’activités (sport, meeting, ski, …).Ensuite, il y a la ville (Fredericton) qui est la capitale du New-Brunswick, il n’y a pas grand chose, c’est assez petit mais c’est assez sympa pour se balader. Sinon, je sors de temps en temps avec d’autres étudiants en échange, comme moi, et nous essayons d’organiser quelques week-ends pour visiter le pays.

Comment se passe l’adaptation ?

L’adaptation se passe très bien, nous sommes vraiment très bien accueillis ici ! J’ai eu, avec les autres étudiants, une réunion d’information et une visite de l’Université. Au début, nous sommes un peu perdus pour trouver les bâtiments, choisir ses cours… Mais nous sommes très bien encadrés, il suffit de demander et on nous aide.

En ce qui concerne l’éloignement de la France, je ne ressens pas le manque, mais ce n’est pas mon premier voyage loin de ma famille pour une longue période, il suffit simplement de trouver de quoi s’occuper et 4 mois ça passe vite !

Niveau climat on ressent un peu la différence, au début il fait rarement au-dessus de 0 – 4 degrés, mais avec un bon manteau et de bonnes chaussures, il est possible de supporter les -22 qu’il peut faire parfois.

Que peut vous apporter cette expérience ?

Cette expérience peut tout d’abord m’apporter de l’aide dans l’apprentissage de l’anglais, être immergée dans la langue est la meilleure façon d’apprendre, je pense. Le fait de voyager, d’être dans un autre pays permet de s’ouvrir à de nouvelles cultures, traditions, et de nous ouvrir aux autres. Enfin cela nous permet aussi de prendre confiance en soi, de mieux se connaitre. On relève un défi en quelque sorte et surtout on change nos habitudes ce qui est très enrichissant !

>> Découvrez l’Institut Mac Luhan

Découvrez d'autres articles sur le même thème

Pour sa troisième année à l’Institut Albert le Grand, Jean de Beaurepaire, a fait le choix de...

Victor Weulersse est en troisième année du cursus humanités et science politique à l’Ircom, pour sa...

Pour sa troisième année à l’Institut Albert le Grand et après longue réflexion, Eloi...

Laisser un commentaire