Par Ircom
Posted: Updated:
0 Commentaires

Geoffroy, étudiant en troisième année de Licence Humanités et science politique, a effectué son semestre à l’étranger en Afrique du Sud. Il est actuellement en stage chez Eco-Hameau Solidaire Saint-François à Draguignan. Découvrez son parcours à travers de son témoignage.

Pourquoi avoir choisi la formation humanités et science politique ?

Si j’ai choisi la formation Humanités et Sciences Politiques, c’est avant tout dans le but de comprendre les rouages de notre société dans toute sa complexité. Non seulement sa forme, structurée par des institutions à l’échelle nationale et internationale, mais aussi son fond culturel extrêmement dense, chargé à la fois de philosophie, de littérature et d’histoire. Choisir l’institut Albert le Grand me permettait d’embrasser tous ces domaines sans exclure une approche humaine et ouverte à l’autre, dans sa différence et sa spécificité.

Pour votre troisième année, dans quel pays êtes-vous parti ?

C’est en Afrique du Sud, dans la petite ville de Grahamstown – aussi appelée Makhanda – que j’ai passé mon semestre à l’étranger. Nous étions six étudiants de l’institut à découvrir ensemble ce pays aux mille visages : plaines verdoyantes ou montagnes abruptes, mers d’azur et déserts arides, métropoles cosmopolites et villages de tradition… On ne parle pas pour rien de la nation arc-en-ciel !

Lors de cette expérience, que vous a apporté votre formation à l’Ircom ?

Ma formation à l’Ircom m’a permis pendant les deux premières années de comprendre d’où je venais, et de me construire humainement et intellectuellement. Il est certain que sans cela, les six mois passés en Afrique du Sud auraient bien davantage relevé du tourisme que d’une véritable aventure humaine. Car la rencontre profonde entre deux univers, et les fruits merveilleux qu’elle engendre, ne pourraient exister sans la connaissance respective de sa propre identité et de l’héritage qui la précède.

Quel bilan dressez-vous de cette expérience ?

Montaigne disait que « les voyages forment la jeunesse ». Ce temps à l’étranger m’en a donné la confirmation. De telles expériences sont très fécondes, car elles nous sortent de nous-même pour regarder avec les yeux d’un autre le monde que nous bâtissons. Ce fut à la fois une occasion de grandir en maturité et en expérience, mais aussi de retomber en enfance. Car chacun de nous a pu, sur place, redécouvrir avec simplicité la joie de l’émerveillement.

 Que faites-vous au second semestre ?

Je suis en stage à l’ Eco-Hameau Solidaire Saint-François à Draguignan. J’y assiste le coordinateur du projet en m’occupant de la communication print et web, de l’organisation d’activités solidaires dans la vie du hameau, et des préparatifs pour l’ouverture des logements sociaux qui y sont construits. Le projet arbore une conception humaine innovante de l’habitat dans le monde du social et se révèle passionnant. Une expérience bien différente des études à l’étranger, mais qui se révèle en fait complémentaire pour donner sa valeur ajoutée et professionnalisante à notre formation !

>> En savoir plus sur la Licence Humanités et Science politique

Découvrez d'autres articles sur le même thème

Après avoir effectué une licence en Philosophie, Anna a choisi de réaliser le Master Management de...

Timothée Magère est étudiant à l’Institut Mac Luhan à l’Ircom. Découvrez son parcours au travers de...

Bleuenn est étudiante en 1ère année de Licence Humanités et Sciences Politiques au sein de...

Laisser un commentaire